MUSICOTHERAPIE & ALZHEIMER

LA MUSICOTHERAPIE

La musicothérapie est une démarche utilisant les sons et la musique au travers de différents supports : la voix, le souffle, le corps, des sons ou musiques enregistrées, des instruments de musique. Ces sons permettent à des personnes en difficultés de trouver de nouvelles voies d'expression et de communication; ils sont également source de stimulations perceptives, sensorielles et peuvent ainsi amener la personne à renouer avec des souvenirs grâce à la mémoire émotionnelle et corporelle. La musicothérapie sollicite la mémoire affective et sensorielle qui est toujours présente chez la personne touchée par la maladie d’Alzheimer.

La musicothérapie en tant que démarche de soins à part entière, suppose des objectifs, un cadre (avec des contraintes de lieu, de régularité, d’horaires, de confidentialité). Elle s’intègre dans le projet d’une institution et s’inscrit dans une démarche pluridisciplinaire dans l'élaboration du projet de vie individualisé de la personne âgée.

 INDICATIONS ET OBJECTIFS

La musicothérapie est tout particulièrement indiquée quand nous constatons chez la personne âgée les signes suivants : agitation, nervosité, angoisse, colère, dépression, confusion (perte de repères spatio-temporels) et isolement. Aussi, afin d’appréhender au mieux l’état de la personne, il s’avère indispensable de proposer un travail sur des petits groupes (6 à 8 personnes maximum).

Les objectifs de la musicothérapie consistent à travailler sur les pertes associées aux démences dégénératives :

* Mobiliser les forces positives du psychisme

* Travailler la mémoire à long terme et à court terme

* Utiliser la musique comme un stimulus dans l’élaboration de souvenirs personnels

* Favoriser le mouvement, l’élan vital, la circulation des émotions

* Maintenir un lien social à travers un travail de groupe

* Développer un travail corporel basé sur les sensations, les perceptions, l'élaboration de mouvements (souffler, gratter, balayer, secouer, taper...)

 MATERIEL NECESSAIRE

·                  Un appareil qui lise la musique, les CD et si possible les formats audio MP3

·                   Des instruments de musique ( Tambour, carillons, maracas, sanza, Guiro...)

LE DISPOSITIF

La salle où se déroule l’atelier doit être « fermée », c’est-à-dire avec des murs et une porte contribuant à créer un espace contenant pour le groupe (précision qui peut sembler futile, mais il arrive que l'on nous propose de faire nos ateliers dans le hall d'entrée de l'établissement où nous travaillons, ou encore au réfectoire).

L’atelier de musicothérapie jusque 8 personnes au maximum par groupe. Il est animé par la musicothérapeute et de préférence en collaboration avec une ou plusieurs personnes soignantes.

Pour commencer l’atelier, nous instaurons quelques repères temporels (certaines personnes arrivent parfois désorientées) : nous rappelons l’objet, la durée de l’activité.

Après un temps d’accueil se déroulant avant l’atelier de musicothérapie, nous pouvons déterminer la réalité de la personne quand elle arrive (fatigue, contrariété, nervosité, bien-être), si bien que nous pouvons définir notre axe de travail pour l’atelier à suivre. Ainsi nous pourrons utiliser les outils suivants :

* Une approche corporelle qui consiste en un réveil en douceur du corps (certaines personnes sont endormies quand elles arrivent) pour démarrer l’atelier. Nous proposons des exercices utilisés dans le chant, reposant sur la respiration, le souffle, la voix, les vibrations, la production de sons sur différentes parties du corps permettant une prise de conscience et une dynamisation du corps. L’objectif est de remobiliser le corps dans son ensemble, et d’atténuer le stress. Il s’agit là aussi d’un moyen privilégié dans la prise de contact favorisant ainsi une reconnaissance de la présence de la personne qui ne peut pas nous nommer, mais qui est en mesure de nous sentir, nous toucher.

* Le chant, improvisations et remémoration d’airs d’antan joués à la flûte à bec. Nous écoutons d’abord le morceau, puis nous entonnons l’air (il peut s’agir de chansons enfantines, de chansons des années 30 à 70). Certains participants qui sont persuadés de ne plus avoir de mémoire sont alors surpris de se rappeler des paroles de chansons. Nous pouvons aussi prendre les sons, les mots, la voix comme ils viennent tout en chantant.

* L’utilisation d’instruments de musiques (petites percussions, bâton de pluie, carillon…). Nous pouvons alors constater si chaque personne est capable d’accepter une relation d’objet, d’investir celui-ci et de voir si son utilisation revêt un caractère ludique. Nous essayons de battre un tempo sur l’écoute d’un morceau rythmique et souvent l’utilisation des instruments apporte une stimulation sensorielle ou encore permet une expression nouvelle pour les personnes qui ont des difficultés de langage.

 QUELS RESULTATS - QUELQUES EXEMPLES

* Des personnes fatiguées et angoissées qui ont déambulé toute la nuit ne trouvant pas le sommeil, ont pu trouver un espace de détente, un espace contenant et apaisant qui leur a permis de s'endormir durant l'atelier.

* D'autres personnes apathiques ont pu grâce au chant renouer avec leurs émotions et leur expressivité

* Certaines personnes peuvent retrouver l'impulsion du mot, l'usage momentané de la parole grâce aux chansons d'antan dont elles parviennent à se souvenir grâce à leur mémoire à Long terme. Cela s'avère revalorisant pour elles

* l'écoute de musiques dans certains cas, permet l'apaisement des douleurs. Elles réactivent un vécu du passé, des souvenirs qui ressurgissent.

 Céline FLEURIAU-CHATEAU